Geho  27-Apr-2021 21:46  0  499 lectures
Ouvert à la critique franche

Carte postale d'Oô

Carte postale d'Oô

Les splendeurs de l'altitude se méritent, pas à pas, le souffle court sur des sentiers debout.
A la première cluse, un lac sombre et profond où plonge une cascade, écheveau blanc qui déroule incessant.
A la seconde l'eau est bleue où des gardiens de rocher se mirent étonnés de leurs chapeaux cotonneux dont le vent déchire les plumes. Les chevaux sauvages paissent autour, crinières en oriflammes, au milieu des aconits, casques bleus vénéneux qu'ils évitent.
Pour fermer la troisième, un cachalot de granit rose s'est allongé en travers de la vallée, langue de magma figé, gardien de la bauge d'un glacier perdu.
Les neiges fondues y accumulent leurs larmes froides après avoir sillonné des joues de roche dure où leur flot immémorial a creusé des vasques.
L'eau en jaillit nourrie de minéraux, s'enfle d'une énergie incomparable rendue palpable par la science. De tout temps les habitants d'ici se sont portés mieux que dans la plaine.
Nous ne franchirons pas le quatrième verrou vers le lac glacé. Il est tard et la montagne s'enveloppe déjà d'un manteau vaporeux.
Le rideau se ferme. Il faudra imaginer le dernier cirque aux pierres chaotiques s'égrenant des parois cristallines. Des chevaliers pétrifiés à l 'armure grise surveillent à leurs pieds les névés qui s'attardent autour du dernier lac lisse.
Bientôt le miroir des étoiles donnera des bleus purs pointés d'or à ce monde immobile, désert, silencieux, quand le dernier vent aura cessé de siffler au contour des arêtes.
La nuit se jouera dans notre sidération de grains de poussières aux yeux ébahis, prenant la mesure de l'infime à l'infini.
Imprimer cet article
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Design by: XOOPS UI/UX Team