ArméeJoyeuse  29-Jul-2021 16:50  2  454 lectures
Ouvert à la critique franche

La campagne du basalte

La nuée s’écoulant des flancs d’elle carmin
au couchant dormira sous les flots éternels
où la charge enthousiaste aux fanions d’étincelles
l’aura menée demain malgré ses haridelles.
Certe infirmes le sont ces héros manchots borgnes
sur des chevaux boiteux leur force ne réside
qu’en la chaîne-horizon par laquelle ils sont liés
pour ne pas manquer foi car le ciel est serment.

Un algide brouillard alentoure la troupe
mais puisant de leur main dans leur coffre sacré
ils en tirent un cœur reluisant comme l’or
et comme une lanterne tendant en lieu d’arme
l’objet sanguinolent de lueurs insulaires
ils avancent certains vers l’horizon aveugle
ou plutôt leurs sabots ravagent jusque là
où les attend fugace leur rêve de pierre.

Et leur galop ébranle et brûle la campagne
où gisent désormais les souvenirs guerriers
toute lutte à présent par leurs pas effacée
se fond dans le récit de leur nouvelle gloire
car ils vaincront enfin c’est ivres de confiance
qu’aux noires profondeurs ils avancent toujours
quand le jour est passé et qu’en concert ils lèvent
de leurs cœurs transformés les lances fulminantes.

Leurs foudres leurs éclats leurs feux leurs certitudes
éclairent cette nuit de rougeurs amoureuses
les regards envieux s’abîment au brasier
pour n’en pas ressortir et les mains plus loyales
se chauffent au foyer de ces âmes unies
cette armée n’est qu’un homme aux trois mille éclats d’êtres
qui tous par leur suffrage ont élu l’horizon
où folâtre la nymphe enfant du Couronné.

De l’océan jaloux le jour nouveau s’extirpe
pour éclairer l’union des vagues et des hommes
c’est une galerie de couples pétrifiés
dans un geste éternel qui s’enlacent s’embrassent
les soldats devenus la terre à eux promise
jusqu’à la mort du temps y danseront la valse
eux qu’on avait lancés presqu’aveugles au combat
avaient trouvé la vie en cavalier basalte.
Imprimer cet article
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
boetiane
  • Gratte-papier
  • Gratte-papier

 Re : La campagne du basalte

bien que je ne sois pas terriblement fan de « l'alexandrin revival » j'ai néanmoins été interpelée par le jeu temporel du tableau, par cette sensation d'ensevelissement pompéien, par ce mot fabuleux « basalte » que tu convoques avec brio (et qui me parle tant et tant _abouchement de la terre au ciel). J'ai pris ce qui me seyait le plus >>> postures et bras de cendre, boue ardente pétrifiée dans l'apparat épique, j'ai emprunté la fresque de ces mots _« cette armée n’est qu’un homme aux trois mille éclats d’êtres » et il m'a soudain semblé que les guerriers refroidis se mettait à bouger . . … qu'est-il de plus vivifiant ?

merci de rester par ici : )
Publié 01-08-2021 16:16
 
Inkblot
  • Scribouillard
  • Scribouillard

 Re : La campagne du basalte

J'aime beaucoup le côté épique et l'absence de ponctuation qui laisse le souffle court.
Coup de coeur pour ces guerriers qui deviennent la terre qu'ils voulaient conquérir. Poussière... basalte...
J'aime les formations basaltiques... et m'en vais de Pompéi à la Chaussée des géants...
Petit mot sur la forme :
J'aurais placé le texte dans les classiques.
Et s'il faut faire des maths, je compte 13 syllabes au vers 7; 11, au vers 12; 13 au vers 39.
Et quelques césures placées au milieu de groupes intonatifs... qui déséquilibrent... mais c'est peut-être ça, la raison du "post-moderne et contemporain".
Publié 04-08-2021 20:11
 
Design by: XOOPS UI/UX Team